Mes premières vacances chez Papy et Mamie

J’avais six ans lors de mon entrée au primaire. Maman décida que je vous pouvais désormais passer les vacances scolaires chez mes grands-parents. Elle gardait Steph avec elle, qui à trois ans était encore trop dépendante d’elle. C’est ainsi que j’allais découvrir les joies de la vie à la ferme, située à quelques kilomètres de chez nous. Mes cousins/cousines, plus âgés que moi, mais relativement proche pour les plus jeunes, allaient m’entraîner dans de folles aventures! Mais j’allais aussi faire connaissance avec la main droite de Mamie, qui allait plus d’une fois me rôtir les fesses, ainsi qu’aux autres!

Maman m’amena pour la première fois chez eux pour les vacances de Toussaint. Elle se montra très claire avec mes grands-parents sur l’obéissance et le respect que je me devais d’avoir envers eux, ajoutant, ce qui me fît pâlir:

MAMAN : « Je vous autorise donc à la punir, si nécessaire, mais uniquement vous deux! Par conséquent, Maman, n’hésite surtout pas à lui baisser sa culotte pour une bonne fessée, si elle la mérite. Un peu avant les dernières vacances de Pâques, je lui ai fait goûter la différence entre une fessée sur la culotte et une culotte baissée, et en public, qui plus est! Je te dis ça à toi, car je sais que Papa ne le fera pas. Éventuellement, il lui donnera quelques calottes par-dessus sa jupette, comme il le faisait avec moi ou avec mes neveux et nièces. Mais personne d’autre ne touche à ma fille, en dehors de vous deux! Me suis-je bien fait comprendre ? »

Mamie fut un peu interloquée, mais elle était tellement admirative de sa fille, qui avait pris en main l’éducation des enfants de son fils aîné . Celui-ci, de 2 ans plus âgé, avait repris l’exploitation avec deux autres frères célibataires. A l’époque, sa jeune épouse de 18 ans, qu’il avait mise enceinte, avait été incapable d’assurer cette éducation. Maman en avait alors 22. Elle quitta la ferme à 30 ans, avec son beau major.

Du haut de mes six ans, j’étais scotchée par le monologue de Maman. Elle me donnait des fessées depuis l’âge de 4 ans 1/2, dont ma première déculottée quelques mois auparavant, dans le square de notre ville! Et voilà qu’elle autorisait Mamie à en faire autant. J’étais abasourdie, même si je craignais moins Mamie gâteau que Maman, sur l’instant. Mais j’allais vite déchanter! Mamie répondit:

MAMIE : « Tout à fait, ma chérie, je suis fière de toi et ferai comme tu le désires. Personne, en dehors de ton père ou moi, ne touchera à Chloé je te le promets! De toute façon, je la crois assez sage pour éviter les ennuis, non ? »

Cette dernière phrase eut pour effet de faire glousser Maman, qui ajouta:

MAMAN : « Maman, n’en soit pas si sûre: ta petite fille peut-être très mignonne et sage quand elle le veut, mais également désagréable, désobéissante et elle n’est pas la dernière pour faire des bêtises. Donc dans ces cas-là, n’hésite surtout pas à lui administrer une bonne fessée déculottée, pour la ramener à de meilleures dispositions. Ça lui fera le plus grand bien et cela fera circuler son sang. De plus, tu verras que son p’tit joufflu est parfait pour la fessée: la main rebondit dessus sans difficulté!»

J’étais anéantie, sentant mes joues rougir comme des coquelicots. Maman faisait l’éloge de mon derrière, soi-disant idéal pour la fessée! Il est vrai que depuis mes 4 ans, date à laquelle elle m’avait mise au régime de la fessée, je lui avais fourni de multiples occasions de les observer et de les claquer à sa guise. Elle ne s’en privait pas. Sœurette, à cette époque, ne recevait qu’occasionnellement quelques tapes par-dessus sa culotte, lorsqu’il fallait la faire obéir. Elle n’avait que 3 ans! Pour moi, au contraire, c’était la déculottée assurée et je n’aimais vraiment pas ça, car Maman ne faisait pas semblant! Je ne quittais jamais ses cuisses sans une lune écarlate et brûlante, sautillant sur place, frottant mes fesses et pleurant comme une fontaine. Et j’allais découvrir que Mamie était aussi douée qu’elle en la matière.

Maman nous quitta, m’embrassant tendrement et me recommandant d’être bien sage, ce que je lui promis. Elle embrassa ensuite Mamie et Papy et me laissa seule avec eux et le reste de la famille – Mes oncles, mes cousins et mes cousines, tous plus âgés que moi. Mamie m’aida à défaire mon bagage, dans la chambre qu’elle m’avait attribué, rangeant avec moi mes affaires, bien correctement dans l’armoire. Elle me demanda d’avoir de l’ordre. Puis, me prenant par la main, elle me montra la salle de bains où je déposais mon nécessaire pour le brossage des dents. Elle me demanda alors:

MAMIE : « Dis-moi, ma chérie, est-ce Maman qui te toilette ou tu la fais toute seule à la maison ? »

Je rougis un peu, car je repensais au cours de Maman sur la question, afin de m’apprendre les bons gestes, leçons émaillées par quelques bonnes claquées sur mes fesses nues.

MOI : « Oh non, je la fais toute seule depuis six mois, Mamie! Maman me l’a appris! »

Et là, je vois ma Mamie afficher un grand sourire, ayant sans doute deviné à mon trouble que cet apprentissage est passé entre autres par le biais de mes fesses. Elle me le dit, en souriant, me faisant devenir cramoisie:

MAMIE : « Hum, j’imagine que les leçons de Maman sur le sujet sont passées autant par tes oreilles que par tes fesses, n’est-ce pas ? »

Je sens une chaleur intense sur mes joues. Je ne sais plus où me mettre: sa question étant tellement gênante! Incapable de répondre, je hoche la tête. Mamie me prend alors dans ses bras en gloussant, et ajoute:

MAMIE : « C’est très bien, ma chérie, cela veut dire que tu as grandi. Alors si tu es bien sage et obéissante, tout ira bien, sinon celle que tu vois là tombera sur tes p’tites fesses, d’accord ? »

Mamie me montre sa main levée en l’agitant, signe donc je connais parfaitement la signification! Je hoche de nouveau la tête et me blottis contre elle. Cette main, je vais la sentir rapidement sur mes fesses nues…

A suivre….

2 Réponses à “Mes premières vacances chez Papy et Mamie”

  1. Pierre dit :

    Bonsoir Chloé,
    C’est avec un vrai bonheur que nous retrouvons la petite Chloé, quelques mois seulement après la mémorable déculottée du square que vous avez racontée sur le blog « la fessée appliquée ». Depuis, il est manifeste que votre Maman a poursuivi avec la même méthode, que les petites fesses de Chloé ont plusieurs fois été dénudées et claquées avec vigueur par la main maternelle. Mais voilà maintenant une nouvelle expérience: pour la première fois, votre Maman autorise une tierce personne, en l’occurrence votre grand-mère, à vous punir de la même façon. La coquinette espère que sa Mamie chérie ne voudra pas, ou n’aura pas la force, pour la fesser aussi fort que sa maman. Il semblerait toutefois qu’elle se trompe…
    J’ai hâte de lire la suite.
    Amitiés.
    Pierre.

    • Chloé dit :

      Bonsoir Pierre,
      Merci pour l’appréciation sur le récit! Et je vous confirme que Maman, après l’épisode du square, a renouvelé plus d’une fois l’opération sur les p’tites fesses dénudées de la Coquinette et sans faire semblant! A chaque, c’était de bonnes fessées, bien cuisantes! Quant à l’autorisation que donne Maman, à Mamie de me punir de la sorte, vous aurez que celle-ci ne concerne que mes grands-parents et en particulier Mamie, Papy ne me donnant que des tapettes par-dessus la culotte, plus symboliques et vexantes, que douloureuses! Et je confirme que Chloé, avait l’espoir que Mamie ne soit pas aussi sévère, que Maman! Mais elle allait, vite déchanter, celle-ci ayant une sacrée poigne!
      La suite viendra!
      Amitiés
      Chloé

Laisser un commentaire

Le journal de L & M |
Un mâle... des mots |
Desirlove |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peter Capek
| Gregescortme
| La Maid d'Eva