Souci pour Eglantine (11 ans) du cours de danse!

Mardi après-midi, vers 17h, alors que je m’apprête à quitter mon bureau de responsable administrative du club de sport, je vois débarquer une Maman et sa fille. La demoiselle, malgré son âge, est plus grande que sa mère. Je la connais bien, pour ses frasques à répétition que m’a rapportées la professeur de danse. J’invite la mère à s’asseoir, alors que je préférerais rentrer chez moi! Elle m’explique que la professeur a exclu Églantine du cours pour quelques temps, à cause de son comportement. J’interroge la maman, qui semble dépassée par l’attitude de sa fille:

MOI : « D’accord Mme FEVRE, je comprends, mais puis-je savoir ce que vous avez fait ? Car ce n’est pas la première fois qu’Églantine se distingue dans le mauvais sens! Son professeur m’a déjà signalé plusieurs incidents.»

Mme FEVRE : « Oui, je sais Mme DEMAÎTRE. Mais depuis mon divorce, je ne sais plus comment m’y prendre avec elle. Elle est irritable, agressive et irrespectueuse! »

MOI : « Je saisis parfaitement la situation, mais qu’attendez-vous de moi, exactement? »

Mme FEVRE : « Bah…c’est-à-dire que la professeur m’a dit que vous aviez une méthode efficace, pour remettre les enfants dissipés, comme ma fille, dans le droit chemin! »

MOI : « En effet, Mme FEVRE, c’est très simple: je les déculotte et je leur donne une bonne fessée! Et c’est bien plus efficace que les privations qui se pratiquent de nos jours, quoiqu’en pensent certaines personnes! Si vous le souhaitez, je peux vous en faire la démonstration immédiate avec Églantine.  »

La môme devient tout pâle en attendant, apeurée, la réponse de sa mère, que moi j’ai deviné rien qu’en regardant la maman. Cette dernière est, malheureusement pour elle, trop fluette pour maîtriser sa gamine rétive et arrogante, ce que la professeur m’a déjà signalé.

Mme FEVRE : « Eh bien, vous avez mon autorisation, Mme DEMAÎTRE, faites donc! »

La mouflette se met alors à incendier sa mère! L’attrapant par le bras, je la tourne sur elle-même et lui colle deux énormes claques sur les fesses (par-dessus le jean), qui la font couiner et monter les larmes aux yeux. Je l’entraîne vers mon fauteuil, je m’y assois et la positionne face à moi. Là, je porte mes mains à hauteur du bouton de son jean que je dégrafe, puis je descends la braguette. Églantine est déjà en pleurs, mais n’ose pas se rebeller du fait de ma stature! Passant mes doigts sous la ceinture du jean et de la culotte, je baisse le tout à hauteur des genoux, puis je bascule la gamine au travers de mes cuisses. Ayant posé mon pied droit sur mon marchepied, cela surélève légèrement son petit p’tit joufflu dodu qui se trouve en bonne position. J’enroule sa taille fine de mon bras gauche et j’arrose aussitôt ses fesses de belles claquées bien rythmées. Aucune parcelle n’est épargnée: du bas du dos jusqu’à la jonction cuisses/fesses! Églantine, qui braille à tue tête et verse de gros sanglots depuis le début, pousse des cris encore plus aigus lorsque je claque le haut de ses cuisses. Son fessier arrive à une belle teinte rouge. J’arrête alors mon bras, tout en gardant la gamine en position, et je m’adresse à la maman:

MOI : « Mme FEVRE, avez-vous déjà corrigé votre fille de cette façon ? »

Mme FEVRE : « Non, non, Mme DEMAÎTRE, lorsqu’elle était plus jeune, il m’est arrivé de lui donner parfois quelques claques par-dessus sa culotte, mais jamais aussi fortes et encore moins à cul nu! »

MOI : « Eh bien, Mme FEVRE, permettez-moi de vous dire que vous avez eu bien tort! Cela aurait fait le plus grand bien à votre fille qui, aujourd’hui, n’aurait sans doute pas ce comportement de petite rebelle, si elle avait reçu de bonnes déculottées. »

Mme FEVRE : « Vous avez sans doute raison, Mme DEMAÎTRE! »

MOI : « Bon, je vais conclure cette première séance pour Églantine, en espérant ne pas avoir à la renouveler. »

La gamine sort de sa torpeur, et se met à hurler « Nonnnn, Nonnnn, Stop, Arrêtez, ça fait trop mallll! ». Je lui réponds: « Bien sûr, ma chérie, une bonne fessée à cul nu, ça fait mal et c’est son but, pour que l’on s’en souvienne avant de refaire des bêtises ou d’être insolente! » Je resserre alors mon étreinte, lève mon bras et déverse sur ses fesses une dégelée forte et rapide qui la fait hurler et pleurer comme jamais!

Je conserve la mouflette un petit moment sur mes cuisses, pour qu’elle s’apaise, puis je la remets sur ses pieds, face à moi, toujours déculottée. Je la stabilise. Le visage noyé par les larmes, elle porte les mains à ses fesses pour les frotter délicatement. Elles doivent bien lui cuire, après ce que je lui ai mis! Je m’adresse à elle sur un ton maternel:

MOI : « Églantine, j’espère que tu retiendras bien cette leçon et que tu vas améliorer ton comportement. Demain, tu te présenteras à ton cours de danse. Je vais appeler ton professeur pour l’en informer et lui dire ce que je viens de faire. Alors à toi de faire attention, si tu ne veux pas que je renouvelle cette expérience, très désagréable pour toi et pas vraiment drôle pour moi! D’accord, jeune fille ? »

La gamine, encore sous le coup de ses émotions, pleurniche toujours et se contente de hocher la tête. Je remonte sa culotte et son jean, je me lève et je la prends dans mes bras pour un câlin. Elle rejoint ensuite sa maman, qui en fait autant, et me remercie avec une certaine émotion coupable, en ajoutant une précision:

Mme FEVRE : « Je vous remercie Mme DEMAÎTRE, d’avoir corrigé Églantine à ma place comme elle le méritait, et je vous en suis reconnaissante. J’ajoute que je vous autorise à la punir si elle se comporte mal avec son professeur, ou avec d’autres personnes! »

MOI : « Mme FEVRE, ne vous sentez pas gênée. Je comprends que, compte tenu de votre petite stature, il vous soit difficile d’administrer une fessée à Églantine sur vos genoux. Mais, si je peux me permettre un conseil, je vois que vous portez des tailleurs comme moi, et bien voyez-vous, cette petite ceinture est très efficace sur les cuisses des demoiselles ou des garçons, à la volée ou courbé, les fesses à l’air, sur le dossier d’un canapé. Je l’utilise parfois chez moi sur nos enfants et cela les fait bien chanter! »

Nous nous disons au revoir. La mère et la fille quittent mon bureau en se tenant la main. Je suis ravie d’avoir aidé cette Maman. Même si je soupçonne qu’Églantine, plutôt du genre têtue et tenace (ce qui en fait une excellente danseuse), ne va pas endosser immédiatement un habit de sagesse!

A suivre…..

8 Réponses à “Souci pour Eglantine (11 ans) du cours de danse!”

  1. Anne-Sophie dit :

    Bonsoir Chloé,
    Magnifique récit, très vivant !
    Eh bien, pour sa 1ère fessée déculottée, la petite Églantine a été servie! Elle ne faisait pas la fière devant Maman Chloé, quand vous déboutonner son jean et et baissée sa culotte, comme vous l’auriez fait à une petite fille… Cela l’a bien remise à sa place de gamine insupportable.
    Et vu que Maman Chloé, est une experte en la matière, j’imagine que la petite va être calmée pour un bon moment, même si elle retournera certainement sur vos genoux, sachant qu’elle a l’air d’avoir un caractère plutôt affirmée!
    La fessée déculottée reste une valeur sûre, de même que pour la fessée simple selon la faute. Cela remet sur le droit chemin, les enfants se pensant au-dessus des adultes en leur désobéissants ou en étant insolents volontairement.
    Je trouve simplement dommage et absurde que la Société actuelle dénigre autant la Fessée.

    • Chloé dit :

      Bonsoir Anne-Sophie,
      Merci pour le compliment! Oui, pour sa première vraie fessée, Églantine a été bien servie et n’était vraiment pas fière, lorsque j’ai attrapé le bouton de son jean, celle-ci ne s’attendant pas du tout à cela! A ce moment là, elle était dans le vague complètement ailleurs, comme perdue dans un rêve! Sauf qu’en baissant celui-ci et sa culotte, elle réalisa qu’elle avait les fesses à l’air et laissa libre cours à ses larmes! Avant d’en verser davantage sous les claquées!
      Et je suis d’accord sur le fait que cette première sur mon giron, va la calmer un moment! Même si connaissant bien son caractère trempé, elle y reviendra surement!
      Et je partage entièrement votre dernière phrase!
      Amitiés
      Chloé

      • Jean Philippe dit :

        Bonjour Chloé,

        Églantine ne s’attendait pas à recevoir à 11 ans une fessée déculottée comme une petite fille. Ayant une maman dépassée par les évènements, ne sachant pas comment gérer l’éducation de sa fille, elle ne pensait pas se retrouver sur les genoux de Maman Chloé pour recevoir une correction magistrale.

        Comptez vous conseiller à cette maman de prendre les choses en main comme vous l’avez fait pour Christiane LEGOFF?
        La question de stature n’a pour moi , peu d’importance.

        Églantine doit respecter sa maman et subir les punitions si nécessaire.
        Un enfant craint toujours sa maman si celle ci fait preuve d’autorité.
        Amitiés
        Jean Philippe

        • Chloé dit :

          Bonjour Jean-Philippe,
          Merci pour ce commentaire, plein de bon sens et oui, je prévois de m’entretenir avec Mme FEVRE comme je l’ai fait avec la Maman de Vanessa, il y a 4 ans!
          Ainsi qu’avec Églantine pour lui faire comprendre qu’elle doit respecter sa mère et les adultes en général! Bien entendu, compte tenu de son caractère trempé, je m’attends à ce que le dialogue entre elle et moi, se conclu par une bonne déculottée! Ce qui me permettra de lui faire admettre qu’elle doit « accepter » les punitions de sa Maman, quand elle le mérite!
          Amitiés
          Chloé

  2. Chris B dit :

    Bonjour Chloé,
    Est-ce une histoire vraie ou inspirée ?
    Comme certains récits ici sont inspirés à 90% à l’inverse du blog Lambercier, donc je ne sais pas ici selon les récits lesquels sont fictifs ou réels complètement. Je pense que c’est du vrai mais je désire confirmation…
    Amicalement
    Chris

    • Chloé dit :

      Re-bonjour Christophe,
      Oui, c’est une histoire réelle, j’ai en effet corrigé Églantine sous les yeux de sa mère!
      Concernant votre avis entre les blogs, je vous dirais simplement que Lambercier que je respecte, ne souhaite pas, par déontologie ou autre, les récits d’une Maman d’aujourd’hui concernant l’éducation de ses enfants, qui a conservé les vieilles méthodes! Raison pour laquelle, certains de mes récits déposés chez lui ont été modifiés pour les replacer dans un contexte plus ancien!! Ce qui n’est pas le cas avec celui de Pierre Desergy!
      Après à vous de savoir lire entre les lignes, car certains textes chez Lambercier sont de la pure fiction!!!
      Voilà ma confirmation
      Amicalement
      Chloé

  3. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Chloé,
    J’ai relu avec plaisir ce joli récit, avec cette petite insolente d’Églantine !
    Cela me ramène au terrible constat actuel… Combien y a t’il de Mme Fèvre, complètement paumée avec leur progéniture et ayant baissé les bras, enfin, sans jamais les avoir vraiment levé…
    Je plains ces gamins sans repères et en insécurité, ainsi que toutes ces mamans avec des électrons libres, courant dans tous les sens, mais pas toujours le bon…
    J’ai reçu des fessées et pour certaines, carabinées ! Je ne regrette en rien cette discipline, qui m’a appris qu’il y avait des limites à ne pas franchir, et surtout, que tout acte a ses conséquences.
    Je ne veux en aucun cas tomber dans le C’était mieux avant, loin de là. Je suis plutôt dans l’optique, de tirer les Leçons, bonnes et mauvaises de cette Éducation.
    Étant maman aujourd’hui, oui, cela m’arrive d’avoir recours à la fessée, mais de manière différente.
    Anne-Sophie

    • Chloé dit :

      Re-Bonjour Anne-Sophie,

      Je n’ai rien d’autre a vous dire que Merci, d’avoir relu ce témoignage réel! Où j’ai simplement aidé une mère à reprendre l’autorité sur sa fille, après son divorce! Je connais parfaitement cette gamine (même âge que ma cadette et danseuse, comme elle) et aujourd’hui ‘Petit rat’ à l’opéra, mais qui à l’époque était totalement à la dérive, après le départ de son père pour une autre dame! Et une Maman plutôt chétive et surtout dévastée par la fuite de son mari, n’arrivant pas à canaliser le tempérament de sa fille, agressive et insolente, sans parler des grossièretés!

      Par conséquent, je ne peux que m’associer aux propos de votre commentaire et vous soutenir dans la démarche! Une bonne fessée donnée avec conscience, n’a jamais tué quelqu’un, ma sœur et moi en sommes la preuve vivante ainsi que nos gamins!
      Merci encore, pour cet excellent commentaire!

      Très amicalement
      Chloé

Laisser un commentaire

Le journal de L & M |
Un mâle... des mots |
Desirlove |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Peter Capek
| Gregescortme
| La Maid d'Eva