Première fessée, pour Vanessa (suite 3)

Épilogue 1, Vanessa :

Quelques jours plus tard, Vanessa vient me rendre visite, alors que Nolwen est à son entraînement de gymnastique. Me disant bonjour normalement, elle me demande très poliment si l’on peut avoir une conversation toutes les deux.

Les joues de la gamine sont aussi rouges que des tomates mûres. Je suis ravie par cette démarche qui respire l’honnêteté; je l’invite donc à entrer et nous nous installons au salon, mes deux autres choupinettes jouant dans leur chambre.
Je la sens fébrile et tendue, ne sachant pas trop pour où commencer! Alors je prends la parole, très calmement, sur un ton de bienveillance, pour la rassurer et la mettre en confiance, afin de livrer ce qu’elle a sur le cœur:

MAMAN CHLOÉ: « Et bien, ma chérie, de quoi souhaites-tu que l’on parle? Je suis toute ouïe pour toi, ma grande! »

Elle se dégonfle comme un ballon de baudruche, sous cette entrée en matière à laquelle elle n’est certainement pas habituée. Les yeux brillants de larmes, elle craque et me déballe son sac avec une émotion naturelle à son âge.

VANESSA: « Bah….Euh…., M’dame…., c’est pas facile! Mais j’veux juste vous dire merciiii, pour cette fessée qui m’a fait réfléchir et bien calmée! M’man l’a jamais fait et quelque part, j’le regrette! Quand j’fais l’idiote, que j’suis méchante avec elle ou grossière, j’voudrais, c’est bête, qu’elle m’punisse de c’te manière, mêmeeeee si ça fait très malllllll sur l’moment! En fait j’crois que j’vous aime, M’dame, enfin sauf votre main droite! »

Cette dernière remarque nous fait rire toutes les deux et, pour lui montrer que cette main peut également être tendre, je passe mon bras autour de ses épaules et caresse sa joue. Elle fond littéralement, posant sa tête au-dessus de ma poitrine, les yeux brillants de larmes, mais avec un p’tit sourire que je n’ai encore jamais vu chez elle! Son discours respire la sincérité et me ravit, me confirmant que cette gamine adorable manque simplement de repères depuis la perte de son père! Reprenant la parole, je lui dis:

MAMAN CHLOÉ: « Merci, ma chérie, pour cette confession. Cela me prouve que tu n’es pas idiote, juste un peu perdue et je suis heureuse de la confiance que tu me témoignes, malgré que j’ai bien claqué tes fesses. Je recommencerai, si cela s’avère nécessaire, pour ton bien! Tu comprends ce que je veux dire, ma grande? »

Relevant la tête vers moi, avec ce regard de fillette à la dérive, deux filets de larmes coulant sur ses joues, mais bien consciente de ses bêtises, elle me dit:

VANESSA: « Oh oui, M’dame et même si j’tremble par avance à l’idée d’en r’cevoir une autre parce que ça fait mal, j’me sentirais vraiment aimée. »

Baissant les yeux vers elle, je comprends qu’il y a un vrai problème de relation avec sa Maman. Je tente alors d’en savoir un peu plus, pour l’aider:

MAMAN CHLOÉ: « Dis-moi Vanessa, as-tu parlé de cette fessée à ta maman? »

VANESSA: « Oui, M’dame et elle était furieuse! Elle lançait des mots que j’peux pas vous répéter et malgré que j’lui dise que tout était d’ma faute avec mon sale caractère, que j’vous en voulais pas de m’avoir corrigé, bien au contraire. Mais elle était comme folle! En fait, d’puis la mort de Papa, elle ne cesse de m’couvrir de cadeaux, ne m’dispute jamais pour mes bêtises ou mes colères et pourtant j’en fait beaucoup. J’sais pu où j’en suis avec Maman? Alors qu’avec vous, j’aurais peut être souvent du mal à m’asseoir, mais j’me sentirais beaucoup mieux. »

Cette dernière phrase nous fait sourire, toutes les deux et, la prenant dans mes bras, je la câline, afin de laisser passer l’émotion! Car je sens qu’elle aime profondément sa mère, qui pense agir dans l’intérêt de sa fille, sauf que celle-ci réclame autre chose. Je décide donc de rencontrer sa Maman et le propose à Vanessa.

MAMAN CHLOÉ: « Vanessa, je sens que tu aimes beaucoup ta Maman, mais qu’il y a comme une incompréhension entre vous. Alors je te propose de la rencontrer, pour discuter entre mamans. Es-tu d’accord? »

VANESSA: « OH, OUI Chloé!….Oups, pardon M’dame! Oui, oui, M’dame! »

Elle rougit suite à son imper, je la tranquillise.

MAMAN CHLOÉ: « Tu peux m’appeler Chloé, ça ne me dérange pas et cela me fait même très plaisir. Ça veut dire que tu as confiance en moi, même si je n’hésiterais pas à m’occuper de tes fesses, en cas de nécessité! »

VANESSA : « OH, OUI,  M’dame CHLOE ! Ça je l’ai parfaitement compris et j’ferais tout pour l’éviter, même si ce sera pas facile, étant du genre tête de mule ! »

Cet aveu sur son caractère me fait sourire et ajouter de façon plutôt ironique, mais bienveillante:

MAMAN CHLOÉ : « Donc, tu penses déjà que tu auras sans doute l’occasion de me présenter tes jolies fesses découvertes, au travers de mes genoux ? »

Rougissante comme une écrevisse à l’énoncé de ma phrase, elle me répond, toute penaude:

VANESSA : « Euh….Voui, Ch…Chloé ! Malheureusement pour elles, bien sur ! Mais j’connais assez mes défauts pour l’imaginer ! »

En fait, cette gamine réfléchie ne demandait rien d’autre qu’un amour parental incluant affection, et sanction si nécessaire ! Sa Maman, depuis le décès de son époux, n’appliquait qu’une partie, n’ayant pas fait le deuil de celui-ci.

Quelques jours plus tard, je rencontrais la Maman avec laquelle j’eus une longue conversation, entre mères.

A suivre…..

12 Réponses à “Première fessée, pour Vanessa (suite 3)”

  1. Jean Philippe dit :

    Chère Chloé,

    La grande lucidité de Vanessa augure un avenir brillant pour cette demoiselle si touchante.
    Elle est revenue vous voir afin de vous remercier pour lui avoir administré cette magistrale punition qu’est la fessée.
    Vanessa ne connaissait pas ce chatiment appliqué aux enfants. A 12 ans, elle se croyait invincible et, lorsqu’elle s’est trouvée les fesses nues sur les genoux de Maman Chloé et recevoir une si sévère tannée, tout a changé chez elle.

    Dans votre récit, on sent la tendresse de Vanessa, ses larmes de reconnaissance vis à vis de votre autorité, le souhait d’être à nouveau corrigée par vos soins si nécessaire.

    J’adore le moment ou elle est dans vos bras et que vous la câlinez. Vanessa a découvert une seconde maman.
    Amitiés
    Jean Philippe

    • Chloé dit :

      Cher Jean-Philippe,

      Oui, Vanessa est une jeune fille brillante et très correcte, au même titre que ma fille ou ma nièce. En effet cette découverte de la fessée (plus ma conversation, avec sa Maman) a modifié, le comportement de cette belle et adorable demoiselle, que je vois fréquemment.
      Et vous avez raison, Vanessa n’était dans le fond qu’une gamine émotive et à la dérive qui avait juste besoin d’être recadrée et mon autorité la rassure, même si elle craint par avance ma main qui fait mal! Et qui pourrait à nouveau tomber sur ses fesses (ce qui est le cas), mais l’accepte! Cela correspondant à un repère d’éducation qu’elle n’a plus, depuis le décès de son père. Voilà pourquoi, je la prends dans mes bras et la câline, comprenant son désarroi.
      Merci pour ce commentaire très juste.
      Amitiés
      Chloé

      • Jean Philippe dit :

        Vous dites dans votre commentaire que Vanessa vous craint lorsque vous la corrigez. Comment se comporte t-elle ?
        Est elle tétanisée au moment ou vous la déculottez ou bien essaie t-elle de se défendre pour ne pas subir votre main sur son derrière.

        Lorsque j’avais entre 13 et 15 ans, je craignais ma mère, surtout quand elle me déculottait. Ce moment qui durait quelques secondes me paralysait totalement, je n’opposait aucune résistance et Maman n’avait plus qu’à me coucher sur ses genoux pour me fesser.

        Amitiés
        Jean Philippe

        • Chloé dit :

          Bonjour Jean-Philippe,

          Oui, elle me craint (enfin surtout ma main) comme ma grande fille ou ma nièce! Et lorsque je lui annonce qu’elle va recevoir une fessée, pour une bêtise quelconque ou une insolence! Elle est de marbre et comme ses deux copines, me supplie avec sincérité de l’épargnée, ayant une trouille bleue de ce va suivre!
          Mais comme ses consœurs, elle n’oppose pas de vrai résistance, juste des refus en pleurnichant. Notamment quand je passe mes mains, sous sa jupe ou robe, ou bien que je dégrafe son jean. Là c’est une litanie de suppliques qui m’est adressé, celle-ci sachant très bien que je mettre ses fesses à l’air pour la corriger. Généralement comme Nolwen ou Magalie, elle fond littéralement en larmes au moment ou je la fait basculer sur mes cuisses et parfois, il lui arrive de façon désespérer de jeter son bras à l’arrière pour protéger ses fesses, que je lui bloque aussitôt dans le dos.

          Amitiés
          Chloé

          • Jean Philippe dit :

            J’imagine l’angoisse de Vanessa quand vous lui signifiez qu’elle va recevoir une bonne fessée pour ses bêtises ou son insolence.
            Je comprends qu’elle supplie Maman Chloé de ne pas lui mettre les fesses à l’air et vous ne devez lui laisser aucune chance d’échapper au déculottage.
            Alors Vanessa se met à pleurnicher espérant vous amadouer.

            Lorsque vous la couchez sur vos cuisses, son sort est entre vos mains et malgré un ultime geste de défense pour protéger son vénérable derrière,
            Vanessa ne peut que se soumettre à la férule de Maman Chloé.

            A 15 ans, se faire punir comme une petite fille est vexant , mais je suis certain que Vanessa accepte la sentence et lorsque vous la relevez, elle doit
            vous demander très vite pardon et s’assied sur vos genoux pour que vous la consoliez.

            C’est ce qui fonde entre vous 2 cette affection. Vanessa doit être rassurée et reconnaissante d’avoir une seconde maman qui veille en permanence aux bons agissements de sa petite protégée.

            Amitiés
            Jean Philippe

            • Chloé dit :

              Merci pour cette synthèse très juste, sur ce qui se passe avec Vanessa (ou ses consœurs Magalie/Nolwen) lorsqu’elle le mérite. Quant à l’affection réciproque que nous lie toutes les deux, celle-ci la rassure, c’est certain.
              Et elle m’en est effectivement reconnaissante, ayant retrouvé entre sa Maman et moi un équilibre, perdu après le décès de son père. Malgré que parfois (moins souvent que sa Maman), je lui rougisse encore les fesses aujourd’hui, quand elle le mérite.

              Amitiés
              Chloé

              • Bénédicte dit :

                Comme je vous comprends Maman Chloé et Jean-Philippe.
                Quant on est une jeune fille encore gamine,qui doit être recadrée, la fessée est un excellent moyen, on l’admet et l’on peux même se prendre à aimer sa correctrice, car la fessée était méritée et que celle-ci, mère ou amie n’a fait que son devoir, pour notre bien, dans un esprit de recadrage et nous pardonne, au final.
                Les attitudes de Vanessa contre Maman Chloé qui la réconforte et l’apaise, le prouve!

                Ma mère tout aussi sévère que vous agissait ainsi avec mon frère et moi pour notre plus grand bien, je l’en remercie encore souvent, malgré qu’elle ait gardé le martinet, au cas ou, m’a t’elle encore dit il y a peu.
                Très amicalement à vous Bénédicte

              • Chloé dit :

                Comme vous pourrez le constater, Bénédicte, je n’ai fait que remodeler votre commentaire que j’approuve et en apprécie le contenu
                Amicalement Chloé

  2. Jean Philippe dit :

    Bonjour Bénédicte,

    Vanessa est une adolescente formidable que tout parent aimerait avoir comme fille. Ayant l’age d’être un Papy pour Vanessa, je serai heureux de l’emmener en vacances.

    A 12 ans, Vanessa est devenue la copine de Nolwen et très vite a rencontré Maman Chloé. Vanessa était très rebelle, insolente et sans le recadrage immédiat de Chloé, cette gamine ne serait pas la belle jeune fille adorable et réfléchie qu’elle est aujourd’hui.

    Cette fessée magistrale administrée par Chloé fut pour Vanessa une renaissance. Enfin, elle prit conscience de ce qu’était l’autorité parentale et s’est empressée d’aller voir sa maman pour qu’elle applique les mêmes règles, la même punition octroyées par Maman Chloé.

    Aujourd’hui, Vanessa a 15 ans et accepte toujours d’être fessée par ses 2 mamans, l’une sa génitrice et l’autre sa maman de cœur.

    Nous pouvons êtres fiers vous et moi chère Bénédicte, ainsi que Maman Chloé de cette jeune fille qui grandit sereinement et a pris de la maturité rapidement.

    Lorsqu’elle basculera dans le monde adulte, je suis certain qu’elle sera très reconnaissante envers ses 2 mamans.

    Vous et moi, tout comme Chloé ou sa sœur, remercions aujourd’hui nos mamans pour nous avoir si bien éduqués.

    Amitiés
    Jean Philippe

    • Chloé dit :

      Bonjour Jean-Philippe,

      Merci pour cet excellent commentaire (que j’ai quelque peu arrangé) à l’adresse de Bénédicte, donc j’apprécie entièrement le contenu.

      Amitiés
      Chloé

  3. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Chloé,

    Une fessée méritée est toujours bien acceptée…
    On en a, la réelle confirmation par ce net revirement de situation, où Vanessa vient jusqu’à vous remercier de cette fameuse 1ère fessée… déculottée!

    Notons au passage, l’intelligence de cette enfant à avoir su tirer profit de cette correction plutôt honteuse à son âge, et qui + est, donné par quelqu’un d’étranger à sa famille. Cela l’a amené à se poser les vraies bonnes questions.

    Comme quoi, et je n’en démords pas, nos enfants ont besoin d’un cadre aimant et ferme.
    En tant que Maman, mon éducation se base sur cet adage, mes enfants ont tout mon amour/tendresse/affection de leur mère, mais si ceux-ci s’avèrent désobéissants, impolis et/ou insolents, ils savent très bien que la sanction tombera, et que ça sera non négociable.

    Encore, merci Chloé, de ces récits, et j’attends avec impatience, la suite !

    • Chloé dit :

      Bonjour Anne-Sophie,

      Je partage en tous points les propos de ce commentaire, auquel j’adhère sans retenue concernant les repères qu’il convient de donner à nos enfants! Amour/Affection et Sanction si nécessaire!
      Concernant l’intelligence de Vanessa, aucun doute! Celle-ci est effectivement brillante, comme ma fille aînée ou ma nièce, avec lesquelles elle partage les bancs du lycée!
      Je pense que cette audacieuse action de ma part, alors qu’elle avait 12 ans et qui c’est renouvelée, par la suite, ainsi que la rencontre avec sa Maman! N’a été qu’un déclencheur pour cette jeune fille en manque de repères, qui a su redresser sa ligne de conduite! Même si parfois, il y a des écueils que sa Maman sanctionne et qu’elle me confie, en rougissant!

      Encore merci pour les compliments et la suite, va venir!
      Chloé

Laisser un commentaire

Le journal de L & M |
Un mâle... des mots |
Desirlove |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peter Capek
| Gregescortme
| La Maid d'Eva