Relation entre Nolwen et son p’tit frère.

Nolwen a 9 ans de plus que Petit Pierre et, dès sa naissance, elle m’a montré sa capacité à s’occuper de lui à chaque fois que je lui en donnais l’autorisation. Biberon, repas, bain ou change, elle affichait une attention sans faille pour son jeune âge. Si bien que, le temps passant, je n’ai pas hésité pas à le laisser sous sa surveillance. C’est d’ailleurs elle qui lui appris à marcher, alors qu’il avait tout juste un an passé.
Bien évidemment, je m’occupais également de mon fils, mais très souvent en compagnie de sa plus grande sœur,  les deux plus jeunes (2 et 4 ans à sa naissance) ont alors commencé à montrer quelques signes de jalousie, sentiment naturel mais qu’il me fallait mesurer, car elles multipliaient les bêtises pour se faire remarquer.

Cela a entraîné bien sûr des réactions maternelles claquantes, douloureuses pour leur petit popotin. Même l’aînée n’en était pas épargnée en cas de nécessité. Seul mon choupinet y a échappé jusqu’à l’âge de 5 ans, mes gronderies suffisant à le remettre sur rails, sa « Nono chérie », comme il la surnomme, lui venant en aide pour éviter de fâcher Maman. Très espiègle, il a vite compris qu’il pouvait tirer sur la corde, en taquinant ses 2 p’tites sœurette et son aînée, sans penser que Maman Chloé veillait.

Et un matin d’été, à sa grande surprise, il s’est retrouvé au travers de mes cuisses, Maman claquant son p’tit joufflu protégé par son pyjama, à la surprise de tout le monde. Nolwen écarquillait les yeux, pleine de compassion, ayant l’expérience des fessées maternelles même couvertes. C’était la première fessée pour mon choupinet. Remis sur pieds, en pleurs, il a aussitôt frotté ses rondeurs et m’a regardée avec stupeur, ne comprenant ce qui venait de lui arriver. Alors je l’ai rassuré.

MAMAN CHLOÉ: « Mon chéri, Maman vient de te donner ta première fessée, car depuis un certain temps, tu dépasse les limites avec tes petites sœurs ou avec moi et ça, ce n’est pas tolérable, même si elles ne sont pas toujours agréables avec toi, sauf Nolwen. Donc à partir de ce jour, lorsque tu feras des bêtises, Maman te corrigera de cette manière. »

J’ai vu alors les deux punaises sourire en catimini, alors que la grande affichait une mine triste pour son p’tit frère. Dès lors, elle l’a pris sous sa coupe. Elle me disait ce qu’elle faisait avec lui (jeux, apprentissage, promenade) et m’informait avec retenue de ses petites bêtises, pour atténuer la punition maternelle. Et cela a fonctionné: je le corrigeais bien sûr, mais pas souvent, ce qui n’était pas le cas pour ses deux p’tites sœurette qui devenaient insupportable. Elles ont fini par entraîner dans leur turpitudes Petit Pierre, jusqu’à ce qu’il reçoive sa première déculottée.

A la suite de celle-ci, Petit Pierre est demeuré très sage durant plusieurs semaines, aidé en cela par sa grande sœur de 16 ans qui le guidait, lui évitait les écueils avec Maman sur quelques bêtises. Cela ne plaisait pas aux deux plus jeunes (9 et 11 ans) que je corrigeais plus fréquemment, à cause de leur attitude insolente et presque agressive envers la grande, lui reprochant de préférer le p’tit frère à elles. Elles ne m’épargnaient pas moi non plus sur le sujet du petit dernier.
Cela avait un fond de vérité, c’est sûr, sauf que leurs caractères, bien trempés et sans concession, amplifiaient leur perception de nos attitudes, qu’elles trouvaient injustes.
Tout cela allait déclencher une violente dispute, pour ne pas dire une échauffourée entre les filles, jusqu’à en venir aux mains, sur la terrasse. Petit Pierre allait être au milieu de celle-ci, totalement perdu et apeuré.
Nolwen s’était installée pour réviser ses notes du bac français, avec son p’tit frère. Elle lui avait donné un puzzle à assembler, mon p’tit bonhomme adorant cela.
Gaëlle et Manon, en sortant de la maison, ont demandé à P’tit Pierre de les rejoindre pour jouer. Je buvais mon thé, à l’intérieur. Celui-ci a répondu qu’il préférait rester avec Nolwen et son puzzle, ce qui m’a fait sourire, mais pas les demoiselles!

Explosant, les deux donzelles se sont mises à vociférer envers Petit Pierre, l’accusant d’être un crétin, suivant sa chiante de grande sœur comme un toutou docile, alors qu’elle ne lui proposait que des jeux débiles. C’était faux, mon p’tit bonhomme sollicite parfois son aînée de façon parfois pénible et impérieuse pour de nouvelles aventures (un vrai Peter Pan). Mais les gamines ne le comprenaient pas, se sentant comme délaissées. Elles ne le sont pas: mes attentions comme celles de Nolwen à leur encontre n’étant pas moindres qu’à l’égard de Petit Pierre, mais peut-être moins perceptibles à leurs yeux.
Toujours est-il, que, hors d’elles, elles ont continué leurs invectives envers lui et encore davantage envers leur sœur aînée, avec injures et grossièretés! Celle-ci a répondu avec véhémence.

NOLWEN: « Vous êtes vraiment deux chipies insupportables! Fichez nous là paix et allez jouer plus loin! Ça nous f’ra de l’air, espèce de p’tites pestes! »

A SUIVRE

4 Réponses à “Relation entre Nolwen et son p’tit frère.”

  1. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Chloé,
    Merci beaucoup pour ce récit relatant toute la complicité d’une grande sœur envers son petit frère… La patience de l’une et l’admiration de l’autre…
    C’est tout à fait vrai, j’ai eu l’impression de voir mes enfants… où ma Grande est une vraie petite Maman…
    J’imagine les jalousies que cela peut susciter… et la colères des sœurs de Petit Pierre, se manifestant assez bruyamment avec des noms d’oiseaux en +… Va y avoir du grabuge ! Et, je vois à peu près, la façon dont Maman Chloé va régler l’affaire…

    • Chloé dit :

      Bonjour Anne-Sophie,
      Merci à toi pour le commentaire qui transpose parfaitement la relation entre la soeur aînée et son p’tit frère. Identique à celle qui existe entre Gaëlle et Nolwen. Manon manifestant quelques signes de jalousie, pour lequels je réagis à ma manière qui ne lui plaise pas du tout.
      Quant à la réaction de Maman Chloé vis à vis des gamines grossières, la suite te l’apprendra.
      Désolé je vous ai encore tutoyé, pardon

      Amicalement
      Chloé

  2. Pierre dit :

    Bonjour Chloé,
    Comme Anne-Sophie, j’ai adoré la façon dont tu racontes la relation entre une grande sœur et son p’tit frère, l’affection, l’envie de protéger le petit dernier, ce rôle de deuxième maman que Nolwen joue à merveille. Il est indubitable que sans Grande Soeur Nolwen, mes p’tites fesses auraient rougi plus tôt et bien plus souvent. Tout au contraire, les deux autres ont plutôt tendance à m’entraîner dans leurs frasques, moi qui n’ai pourtant besoin d’aucune aide pour faire des bêtises! La jalousie est bien mauvaise conseillère, comme Manon et Gaëlle ne vont sans doute pas tarder à l’apprendre à leurs dépens, surtout étant donné le langage qu’elles utilisent, ne se rendant probablement pas compte que Maman Chloé se trouve dans les parages et les entend. Il risque d’y avoir deux paires de petites fesses bien rouges!!!
    Amitiés.
    Pierre.

  3. Chloé dit :

    Bonjour Pierre,
    Oui il est vrai que le p’tit Pierre profite de la protection de sa grande sœur Nolwen, qui sait parfaitement amenuiser les interventions maternelles à son encontre, lui évitant certaines roustes qu’il aurait méritées. Alors que les deux autres chipies l’entraînent vers des turpitudes lui valant inéluctablement les foudres de Maman, ce dont-il n’a nul besoin, sachant très bien commettre des bêtises sans l’aide de personne.
    Sauf que là, Maman n’est pas loin et n’accepte pas ce langage vis à vis de la grande sœur, cette jalousie n’ayant pas lieu d’être, d’où son intervention.
    Mais ce sera pour plus tard……!
    Amitiés
    Chloé

Répondre à Pierre

Le journal de L & M |
Un mâle... des mots |
Desirlove |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peter Capek
| Gregescortme
| La Maid d'Eva